Et toi, ça va ?

23 novembre 2022

« Et toi, ça va ? » Moi ça va, merci. Fatiguée, mais le moral est bon.

Ce soir j’écris pour moi, pour me soulager, et aussi parce que je sais que vous aimez bien ses billets, dans lesquels je me confie.
J’aime toujours autant rédiger, mais c’est vrai que je ne prends plus le temps de le faire sur le blog. Mais celui-ci, après presque 15 ans à supporter mes écrits, a véritablement vu toute ma vie défiler !

Et ce moment de ma vie étant assez crucial, ça me paraissait normal de poser ces mots également sur mon plus grand confident.

Voilà presque cinq mois que Matthieu et moi sommes séparés.
Nous avons pris cette décision cet été, et aujourd’hui nous avons la chance de réussir à être en très bon termes, notre complicité est la même, la relation n’est plus.

Je ne rentrerai pas dans les détails, puisqu’il n’y a rien de très intéressant à raconter. Pas de drama, pas de rancune. Simplement une histoire d’amour qui a pris fin après huit ans très riches en anecdotes, souvenirs, voyages et j’en passe, et un magnifique bébé qui a pointé le bout de son nez il y a deux ans.

Certains vont peut-être penser que la maternité a eu raison de notre couple, ce n’est pas le cas. Aujourd’hui, nous aspirons à des choses et des chemins de vie bien trop différents pour pouvoir continuer le nôtre ensemble, sans se frustrer.
Ceux qui nous connaissent diront d’ailleurs que nous sommes à l’opposé l’un de l’autre.
Ça a toujours été notre point fort, mais aussi désormais un point faible.
Au fur et à mesure des années qui sont passées, nous avons grandi, pour ne pas dire vieillir, nos volontés ont divergé.

20h45, Azel dort enfin. En ce moment c’est un peu laborieux, je mets 45 minutes à l’endormir tous les soirs, elle se réveille environ deux fois par nuit en pleurs, elle finit donc dans mon lit parce que je ne tiens plus debout à essayer de la rendormir.

Elle a besoin de moi, elle a besoin de nous, je le sens, et je veux lui apporter tout l’amour et tout l’apaisement dont elle a besoin.
Je sais évidemment qu’elle ressent tout ce qui se passe, même si ses parents s’entendent bien et que nous arrivons toujours à partager des moments à trois, elle se rend bien compte qu’elle à changé d’appartement, de chambre et que son papa n’est plus là tous les jours.
En effet, j’ai pris la décision de rester à Dubaï alors qu’il y a encore quelques semaines de cela, je faisais le nécessaire pour revenir à Paris. Faute de place en crèche, et moi croyant énormément aux signes, je me suis dit que ce n’était pas le bon moment de rentrer.

Du coup, me voici donc installée dans un joli appartement dans un quartier que j’adore, où j’ai la chance de pouvoir faire presque tout à pied, fait rare à Dubai.
Bref, je reprends mes marques à vivre seule, et je dois avouer que c’est très appréciable.
Et finalement, je me rends compte, que je me sentais bien plus seule en étant en couple ces derniers temps qu’en vivant seule avec ma fille depuis peu.

Souvent on me demande si je ne me sens pas trop isolée, si ce n’est pas trop difficile d’être expatriée en étant maman solo et j’avoue que je redoute le moment où j’aurais peut-être un coup de mou, mais pour le moment j’ai l’impression d’être à ma place.
Que je sois à Paris, Dubaï ou n’importe où ailleurs finalement, je ramènerai mes problèmes ou mes angoisses, si j’en ai.
Ma fille s’épanouit dans cette ville, et c’est ce qui m’importe le plus. Évidemment je ne m’oublie pas pour autant, et j’ai vraiment envie de donner une chance à cette ville dans laquelle j’ai mis du temps à m’adapter. Et comme j’aime vraiment aller au bout des choses -ce qui est ma plus grande qualité, mais aussi mon plus vilain défaut, parce que parfois j’en arrive à me faire mal en m’obstinant sur des points qui n’en valent pas la peine- je sens que j’ai besoin d’accomplir cette expérience dans cette ville pour le moment.
Je me reconnecte avec moi-même, j’ai une hygiène de vie qui me convient parfaitement. La même que j’avais en habitant Los Angeles.
Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, vous savez à quel point j’aime vivre au soleil. Je suis extrêmement sensible à cela, je me lève quand le soleil se lève, mes journées démarrent tôt, je dépose ma fille à la crèche, je vais faire une séance de sport, et à 10h au plus tard, je me mets au travail sur mon ordinateur généralement depuis un coffee, ou parfois à la maison selon mon envie.
Depuis que je suis séparée, ma charge mentale a diminué de 50%. Rien contre Matthieu. Mais naturellement, lorsqu’on vit en couple et que nous formons un foyer, on pense pour trois.
Aujourd’hui, je retrouve goût à prendre des décisions sans avoir à consulter qui que ce soit, bien qu’avec Matthieu nous ayons toujours eu une relation très saine, avec beaucoup de respect pour l’indépendance de l’un et de l’autre, mais quand même : vivre à deux, signifie faire des concessions à des moments et c’est normal.
Je ris à dire que je suis en reconquête de moi-même, car c’est dans des moments comme ceux-ci que je suis la plus productive. Je ne suis pas triste, je regarde devant moi, et j’ai le sentiment que le futur me sourira, je suis sereine, et je me sens mieux depuis que nous avons acté cette rupture.
Nos rapports sont beaucoup plus doux, et nous avons trouvé un super équilibre l’un comme l’autre, avec notre fille.
J’ai simplement l’impression d’avoir plus d’espace disponible dans ma tête, pour me concentrer sur des projets qui sont les miens, et non pas les nôtres. 
Je vous en avais parlé, en tout cas j’avais évoqué la création de ma marque, mais sachez que j’ai préféré la mettre de côté pour le moment. Je profite de ce passage de ma vie où j’ai plus de temps pour moi, pour reprendre contact avec moi-même et avec mes véritables besoins. Je ne veux plus foncer tête baissée dans des projets personnels ou des projets professionnels pour avoir le sentiment d’être nourrie.
Depuis trois ans, le départ de ma mère, les divers déménagements, l’arrivée du bébé, le travail, le couple qui en prend un coup, tout ça n’était que préoccupations dans ma tête. Je suis heureuse de pouvoir m’accorder un break, en faveur de ma santé mentale, mais également de ma relation avec ma fille.

Bien évidemment dans un monde idéal, je faisais trois enfants avec le même papa et nous formions une famille heureuse et sans conflit. Et j’ai parfois tendance à culpabiliser. Culpabiliser de ne pas avoir fait de petit frère ou petite sœur à ma fille. Ce n’est pas une fin en soit, mais je suis issue d’une famille nombreuse, j’ai eu la chance d’être entourée de quatre frères et sœurs, et dans les moments de difficulté, qu’est-ce que j’ai été contente de pouvoir m’appuyer sur eux. Plutôt sur mes frères, mes sœurs étant bien plus jeunes que moi. Évidemment rien n’est figé, et qui sait, je rencontrerai peut-être l’amour à nouveau au point d’avoir envie de refaire un enfant… En tout cas j’arrête de tout anticiper, je laisse les choses venir telles qu’elles se présentent, aujourd’hui je me sens épanouie en étant seule, j’ai la chance d’avoir une vie professionnelle qui m’anime toujours autant, une vie sociale à Paris, une vie sociale à Dubaï, je rencontre régulièrement de nouvelles personnes toutes plus intéressantes et cool les unes que les autres. Et tous les soirs en me couchant, bien que je ne sois pas croyante, je remercie ma mère, et les personnes que je considère comme mes guides, d’avoir la chance de pouvoir compter sur mon indépendance qu’elle soit émotionnelle ou financière. Je me rends véritablement compte de la chance que j’ai de nous permettre à ma fille et moi, d’avoir un toit sur la tête, de vivre des moments extraordinaires dans une ville qui nous permet de les vivre et que tout ça soit généré par un travail qui me fait toujours autant vibrer.

Même si j’ai mis ma marque de côté, je ne perds pas de vue les nouveaux projets que j’ai envie d’entreprendre, je sens que 2023 va m’être bénéfique, et bien que l’influence / création de contenu me stimule toujours autant, j’ai envie d’aller encore plus loin maintenant que j’ai toutes les cartes en main pour, mais surtout que j’ai l’esprit tranquille et que je suis en accord avec mes décisions et mon chemin de vie.
Et vous ça va ?

And you, how are you ?

And you, how are you?’ I’m fine thank you. Tired but in good spirits.
Tonight I write for me, to ease my mind, and also because I know that you like these posts, when I open up.
I still like to write, but it’s true that I don’t take the time to do it on the blog. But this blog, after almost 15 years putting up with my writing, has literally seen my whole life go by.
And this moment in my life being quite critical, it seemed normal to me to put these words on my biggest confidant.
Matthieu and I have been separated for almost five months.
We took this decision this summer, and today we’re lucky to be on really good terms, our complicity is the same, our relation is not.

I will not get into the details, because there’s nothing very interesting to tell. No drama, no hard feelings. Only a love story that came to an end after eight years filled with anecdotes, memories, travels and much more, and a beautiful baby who showed up two years ago.
Some will maybe think that motherhood got the better of our couple, that’s not the case. Today, we’re yearning for things and life paths too different to be able to go on with our life together, without getting frustrated.
For that matter, those who know us will say that we’re opposites.
It has always been our strong point, but also now our weak point.
Gradually, we grew up, even grew older, our desires changed.

8.45pm, Azel is finally asleep. These days it’s a little difficult, it takes 45 minutes to get her to sleep every night, she wakes up about twice every night crying, so she ends up in my bed because I can’t remain standing trying to get her to sleep.
She needs me, she needs us, I feel it, and I want to bring her all the love and calming down she needs.
Of course I know she feels everything that is happening, even if her parents get along well and we still share moments the three of us together, she realizes she has moved to a new flat, a new bedroom and her dad isn’t here every day anymore.
Indeed, I made the decision to stay in Dubaï whereas a few weeks ago, I was doing what is necessary to come back to Paris. For lack of a place at the nursery, and me believing in a lot in signs, I thought it wasn’t the best time to go home.
So, here I am, settled in a nice flat in a neighbourhood I love, where I’m lucky to be able to go everywhere on foot, which is rare in Dubaï.
In short, I’m getting my bearings living on my own, and I have to admit I like it.
And finally, I realize that I was feeling even more alone being in a relationship recently than living alone with my daughter now.

People often ask me if I don’t feel too isolated, if it’s not too difficult living abroad as a single mum and I admit I dread the moment when I will maybe feel a little down, but for now I feel I’m in the right place.
Whether I was in Paris, Dubaï or anywhere else in the end, I would bring my issues and my anxiety, if I had any. My daughter is blossoming in this city, and that’s what matters the most to me. Of course, I don’t forget myself, and I really want to give a chance to this city in which I took time to adjust. And as I really like to get to the bottom of things (which is my biggest quality, but also my worst flaw, as sometimes I can hurt myself by persisting with issues that aren’t worth it) I feel like I need to accomplish this experience in this city for now.
I’m reconnecting with myself, my lifestyle really suits me. It was the same I had when living in Los Angeles.
For those who have followed me for a long time, you know how much I like to live in the sun. I am extremely sensitive to that, I wake up when the sun rises, my days start early, I drop my daughter at the nursery, I go to the gym and at 10am at the latest, I start working on my computer, generally from a café, or sometimes at home if I feel like it.
From the moment we separated, 50% of my mental load dropped. Nothing against Matthieu. But naturally, when you’re living as a couple and being a family, you think for 3.
Today I’m coming to like making decisions without having to consult anyone, even if with Matthieu we always had a very healthy relationship, with a lot of respect for the independence of each other, but still: living as a couple, means making concessions at times and it’s normal.

I’m smiling when I say I’m winning back myself, as it’s in times like these that I’m the most productive. I’m not sad, I’m looking in front of me, and I feel the future will smile upon me, I’m serene, and I feel better since we acknowledged this break-up.
Our relationship is much sweeter, and we have both found a great balance with our daughter. I just feel I have more space in my head, to focus on projects that are mine, and not ours.
I had talked to you about it, at least I had mentioned the creation of my brand, but note that I prefer to put it aside for now. I’m enjoying this moment in my life where I have more time for myself, to reconnect with myself and my true needs. I don’t want to rush into personal or professional projects to feel I am full.
In the last three years, the loss of my mum, the various moves, the arrival of the baby, work, the relationship taking a hit, all this was a lot of worries in my head. I am happy to be able to enjoy a break, in favour of my mental health, but also of my relationship with my daughter.

Of course, in an ideal world, I would have had three kids with the same dad and we would be a happy family with no issues. And sometimes I tend to feel guilty. Guilty of not having given a sister or brother to my daughter. It’s not an end in itself, but I come from a large family, I was lucky to be surrounded with four brothers and sisters, and in times of difficulties, how happy I felt to be able to lean on them. Rather on my brothers, my sisters being much younger than I. Of course, nothing is set in stone, and who knows, maybe I’ll meet love again to the point where I’ll feel like I want to have another kid… At least, I don’t anticipate anymore, I let things come as they are, today I feel better being alone, I’m lucky to have a professional life that still fulfils me, a social life in Paris, a social life in Dubaï, I regularly meet new people each more interesting and cooler than the last. And every night when I go to bed, even if I’m not a believer, I thank my mother, and the people I consider as my guides, to be lucky to be able to rely on my independence emotionally and financially. I really realize how lucky I am to give to my daughter and I, a roof over our heads, to live extraordinary moments in a city that enables to live them and that all this comes from a job that still gets me as excited.

Even if I put my brand aside, I’m not losing sight of the new projects that I’d like to undertake, I feel like 2023 will be good for me, and even if influence/brand content still drives me, I want to go further now that I have all cards in hand to do it, but above all now that I have peace of mind and that I feel in agreement with my decisions and my life path.
And you, how are you?

24 comments

Victoria

27 novembre 2022 12:06:44

Un plaisir de te lire <3


Carine

24 novembre 2022 23:23:31

J’ai beaucoup aimé cet article plein de finesse et de sensibilité qui a enchanté ma fin de journée.


Marie

24 novembre 2022 19:48:51

Quel article rempli de sens et d’émotions, de sincérité et de bienveillance envers toi même et ton chemin du renouveau. Tu es très inspirante, tu me permets de prendre conscience de beaucoup de choses. Merci pour cette belle leçon douce Kenzo.


Elodie

24 novembre 2022 19:13:15

Merci Kenza d’avoir pris le temps d’écrire ces lignes … Je te reconnais bien derrière ces mots justes et sincères pour nous permettre de partager avec toi. Bonne route sur la belle voie de la relation mère fille si enrichissante ! Des bises à ton petit =^•^= (Chaton) …


Eléonore

24 novembre 2022 12:08:37

Trop bien de te lire ❤️


Hanane

24 novembre 2022 12:01:22

Merci pour ce partage en toute transparence. Ça vous rend encore plus sincère dans la façon vous gérez votre rapport à l’influence ! J’en ai eu les larmes aux yeux !


Insaf

24 novembre 2022 11:02:34

Très belle article ma Kenza


Murielle

23 novembre 2022 23:13:13

Vous êtes une femme extraordinaire , respectueuse et belle tant de l’extérieur que de l’intérieur . Oui un jour viendra où vous rencontrerez la personne qui vous complétera et acceptera cette maman à telle qu’elle est et sera toujours . Vous êtes entourée de personnes au demeurant bienveillantes et complices . Alors prenez le temps , mais prenez soin de vous …


Ortu

23 novembre 2022 22:26:53

Merci jolie kenza ♥️


Aïcha

23 novembre 2022 22:17:28

Superbe plume Beaucoup de sagesse, on arrive à voir que tu as bien posé les choses et ça te va tellement bien Je suis attristée de vous savoir plus ensemble vu que j aime vous suivre chacun son style (chacun son humour) Mais je suis contente pour toi y a comme un apaisement qu on remarque sur ton compte depuis quelque semaines Bravo pour ces étapes de vie dépassée avec beaucoup de force


Isha

23 novembre 2022 22:08:20

Article incroyable ! Quelle émotion de te savoir de retour ici sur ton blog qui est une mine d or ! Tu es une source d inspiration. J attends vraiment ton deuxième livre, qui je le sais sera un fort succès ou peut-être la création d un podcats. Je suis très heureuse pour toi Kenza. L année 2022 a été chamboulante pour beaucoup de personnes et je salue la manière dont tu as su nager entre les grandes vagues. J espère que tu vas organiser un meetup à Paris. Je te sens renaître. Vraiment je te souhaite une très belle renaissance dans cette nouvelle vie de maman celib ! Tiens ça pourrait fait l objet d un titre de live. Maman solo by Kenza ! Plein de lumière et d amour que vous !


Margaux

23 novembre 2022 22:08:16

Tous les bonheurs ne sont pas éternels, il faut donc profiter de l’instant présent. Les changements arrivent souvent en nous apportant de nouveaux horizons. So let’s do it Il faut se donner la chance de vivre la vie que l’on souhaite !


Maelis

23 novembre 2022 21:48:18

Kenza, quel bonheur de te lire. Ton constat sur la charge mentale est très intéressant. Bonne continuation !


Soumia

23 novembre 2022 21:47:47

Super article tu arrives à mettre des mots sur les maux je t'avoue que je me retrouve parfois dans tes récits même si j'ai pris des décisions différentes mais comme je te comprend, à cette étape de notre vie, à cet âge nous avons besoin de nous consacrer à nous même quelque soit la manière mais le me time est si important et nécessaire


Cindy

23 novembre 2022 21:37:17

Toujours sincère, fragile et forte à la fois. Je te suis depuis 15 ans maintenant et tu restes fidèle à toi même. Profite


Marie Couderc

23 novembre 2022 21:07:11

Kenza, Il y a beaucoup de sagesse et de maturité dans tes mots. Je te suis depuis longtemps. Comme une grande sœur, du signe de la balance comme toi ( et mon mari est né le 7/10 , mais ça nous en avons déjà parlé ensemble une fois) je regarde à travers ce réseau ta vie qui défile. Comme celle de tout le monde d’ailleurs. Et c’est simple, pas de « chichi » , ni fioritures dans ce que tu partages. Authentique et spontané. La vie réserve de belles surprises, les années qui arrivent te le prouveront. Bonne continuation ✨✨✨✨✨ Marie


Virginie

23 novembre 2022 21:05:13

Ça fait du bien de te lire. Et... We are not meant to stay the same. Change is good. Profite de ce temps pour toi.


Lolo

23 novembre 2022 21:05:06

Super billet ☺️ on adore te lire !


Lolo

23 novembre 2022 21:04:11

Super billet ! On adore lire ça ☺️


Camille

23 novembre 2022 21:04:01

Enfin une parole libérée sur les ruptures qui font parties de nos vies. Ça rassure, ça conforte et ça ouvre même des perspectives. Merci Kenza de parler ouvertement et de nous montrer que OUI une rupture peut bien se passer, que oui un couple une famille c’est une charge mentale qu’il faut assumer et que des fois ça fait du bien de penser à soi, de se reconnecter. Et Azel a besoin de toi tout autant que toi tu as besoin d’elle. Qui rassure qui ? ❤️


Valla laure

23 novembre 2022 21:03:53

Ma belle Kenza, je viens de lire ton article et je suis bien d'accord avec ce vel état d'esprit, maman solo moi aussi je me reconnais totalement dans ce que tu écris, quel beau cheminement tu nous livres!! Pour avoir côtoyer la maladie de près après une dépression du post-partum qui s'est eternisee pendant 2 ans je peux te dire combien est importante la Santé et la santé mentale, c'est un tout ( J'en ai fait un site pendant le confinement surtout pour pouvoir aider,enfin je l'espère où je raconte mon parcours et le traitement qui m'a littéralement sauvée. si ça t'intéresse je te mets le lien www.sismo-lumiere.com). Peut-être tu ne te souviendras pas de moi, je t'avais envoyé des dessins portraits de ta maman et toi er aussi avec ta petite fille Azel) Bisous Kenza


Latour

23 novembre 2022 20:51:28

Toujours très agréable de te lire Kenza. Je te souhaite d’être heureuse dans cette nouvelle vie à 2. Et pareil à Matthieu. Gros bisous


Cecile

23 novembre 2022 20:48:23

Merci pour cet article si bien rédigé. Quelle maturité et quelle positivité. Tu as raison de ralentir, prendre du recul et réfléchir à qui tu es, quelles sont tes envies pour ta fille et toi (tant persos que pros). Prends soin de vous


Zandanel

23 novembre 2022 20:42:42

merci Kenza pour te livrer comme ça. Je te comprends car j'ai vécu la séparation d'avec le papa d'axel et j'ai ressenti un peu les mêmes choses. ne culpabilise pas de tes décisions , Azel veut le mieux pour toi, même à son jeune âge. Ne change surtout pas tu es une chouette femme et les personnes qui t'entourent ont bien de la chance de t'avoir..grosse bise Béa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Recevez par mail mes dernières parutions